Version 4.0 1999-2019

Agence web

VRDCI est une web agency globale fondée en 1999. Depuis notre création nous avons su intégrer l'ensemble des techniques nécessaires à la création d'un projet internet dans son ensemble. VRDCI propose l'ingeniérie et le design de vos projets, leur hébergement et leur référencement naturel avec paiement aux résultats.

Agence web photo 01
Agence web photo 02
Agence web photo 03
Agence web photo 04
Agence web photo 05
Agence web photo 06
Agence web photo 07
Agence web photo 08
Agence web photo 09
Agence web photo 10

VRDCI
40 rue du Colisée
75008 Paris - France
Tél : 01 45 35 00 80
Email : vrdci@vrdci.com

Le défaut de visibilité des chaînes hôtelières, source de leur dépendance vis à vis des sites de réservation.

Le 27 septembre 2012, Roland Héguy, président de l'UMIH, lançait dans une interview au magazine Challenges, un cri d'alarme contre les sites de réservation. Il y met en avant une problématique de manque de visibilité sur l'Internet de ses membres : focus.

Dans cette interview réalisée par Pierre Kupferman, à l’occasion de la journée mondiale du tourisme, Roland Héguy déclare : "Les sites de réservations en ligne sont capables de dépenser 50.000 euros par jour pour figurer en bonne place sur Google. Nous n’avons pas ces moyens. Certain sites viennent même de décider de ne plus nous fournir l’adresse email des clients qu’ils nous envoient. Il faudrait que les Français prennent davantage le réflexe d’aller consulter aussi le tarif de l’hôtelier sur son site officiel."

Roland Héguy met donc en avant un défaut de visibilité sur l’Internet de ses membres, lequel bénéficie aux sites de réservation, en meilleure place sur Google, notamment, grâce à des budgets30 Adwords plus importants. Nous allons dans un premier temps, questionner le budget majeur annoncé par M. Héguy, avant de nous intéresser plus précisément à la visibilité sur l’Internet des membres de l’UMIH, et notamment des chaînes hôtelières membres.

HÔTEL : MASTODONTE DES BUDGETS ADWORDS

Nous avions mis en avant lors d’une étude précédente basée sur 5 millions de mots clés, que le mot clé "hotel" constituait de plus loin le mot clé le plus coûteux en Adwords, ce qui tend à confirmer ce que M. Héguy met en avant en termes de budget :

Premier budget quotidien en30 Adwords avec un coût quotidien exact de 30000€ par jour (http://www.referencement-vrdci.com/rubrique/etude/mot-cle-plus-cher-large-adwords.php)

13879 clics quotidiens en30 Adwords (http://www.referencement-vrdci.com/rubrique/etude/top-20-recherche-large-google-france.php)

CPC le plus important avec "hotel venise"  estimé à 27 € (http://www.referencement-vrdci.com/rubrique/etude/mot-cle-expression-plus-cher-cpc-adwords.php)

Figurer en bonne place en30 Adwords sur ce mot clé implique de déployer des moyens colossaux, comme le met en avant le président de l’UMIH dans son interview. Mais si ses membres n’en ont pas les moyens, ont-ils opté pour une stratégie connexe de référencement naturel, moins coûteuse, ou pâtissent-ils d’un défaut de visibilité plus global  sur l’Internet ? De même, au regard des taux de clics, certains de ses membres ne se risquent-ils pas à mener une campagne30 Adwords plus active, malgré les coûts induits ?

DES CHAÎNES HÔTELIÈRES MEMBRES EN MAUVAISE PLACE SUR GOOGLE

Afin de répondre à ces différentes problématiques, nous avons réalisé un audit, basé sur 200 mots clés relatifs au secteur de l’hôtellerie et mettant en avant la visibilité naturelle et sponsorisée des chaînes hôtelières membres de l’UMIH.

Si cette union regroupe quelques 80000 entreprises adhérentes, il convenait de nous concentrer sur les membres disposant des moyens les plus importants et ayant le plus d’intérêt à figurer en bonne place sur des mots clés plus génériques tels qu’"hotel", et moins géolocalisés. La liste des chaînes hôtelières membres de l’UMHI peut-être retrouvée directement sur leur site.

Sur 23 sites analysés, parmi lesquels, on retrouve les sites du groupe Accor, de B&B Hôtels, du groupe Hilton International, etc, la visibilité naturelle n’excède que rarement les 1%. Seul B&B Hôtels marque une forme d’exception avec une visibilité naturelle autour de 12 % avec www.hotel-bb.com, seul site en première page des résultats naturels de Google pour le mot clé "hotel" (3ème). La visibilité naturelle de ces différents sites reste globalement à conforter qu’il s’agisse de la tête ou de la queue de la longue traine relative à la thématique de l’hôtellerie.

On retrouve des sites tels qu’Expedia et  Tripadvisor en bonne place des résultats naturels de Google.

Le même schéma se reproduit dans le cadre des campagnes Adwords, ce qui tend à démontrer que le déficit de visibilité naturelle de ces sites n’est pas compensé par une campagne plus active dans les liens sponsorisés. Seul le site www.accorhotels.com échappe à la règle, se risquant à mener une campagne adwords. Néanmoins, ce site oscille entre la 10ème et la 12ème place, distancé par les sites de réservations en ligne tels que Booking.com, Hotels.com ou encore Trivago.

Ce défaut de visibilité dans les liens sponsorisés sur Google des chaînes hôtelières membres de l’UMIH tend à confirmer ce que M. Héguy avançait sur les budgets déployés par les sites de réservation en ligne.

Mais le défaut de visibilité plus global sur l’Internet de ses membres, conduit-il de facto à induire une dépendance structurelle de ses membres vis à vis des sites de réservation en ligne?

En l’état actuel des choses, oui. Mais, cette dépendance structurelle n’est pas irrémédiable. Pour autant, lorsque M. Héguy avance : "il faudrait que les Français prennent davantage le réflexe d’aller consulter aussi le tarif de l’hôtelier sur son site officiel", esquisse-t-il une solution viable ?

QUELQUES SOLUTIONS POUR RENVERSER LA TENDANCE

Si la solution idoine consisterait à communiquer auprès des français, afin qu’ils se rendent directement sur le site de l’hôtelier, il n’en reste pas moins que les volumes de recherches sur les mots clés, comme "hotel", avoisinant les quelques 201 000 recherches mensuelles exactes, mettent en avant une forte tendance pour les recherches génériques, laquelle resterait à conforter par une étude dédiée sur les pratiques des internautes en matière de recherche sur Google.

Aussi, quelles solutions adopter pour gagner en visibilité sur l’Internet et s’affranchir de la dépendance vis à vis des sites de réservation en ligne ?

Opter pour une stratégie de référencement naturel, avec un coût d’acquisition client bien moindre

Si le coût de la visibilité sur les termes de recherche comme "hotel" n’est pas accessible aux membres de l’UMIH, ces derniers peuvent opter pour des solutions de26 référencement naturel sur ces mots clés. Les tarifs restent moindre que les19 CPC Adwords et permettent de réduire de manière considérable le coût d’acquisition d’un visiteur et de facto d’un client.

Le26 référencement naturel constitue donc la solution à une visibilité sur l’Internet sur les mots clés à fort trafic.

Mais, si le26 référencement naturel apporte une solution plus pérenne et moins coûteuse, cette dernière ne permet pas d’être directement visible dans les résultats de recherche. Il s’agit d’une solution structurelle, de plus long terme,

Viser les termes de la queue de la longue traine en Adwords

Pour répondre à une problématique de visibilité immédiate, les membres de l’UMIH peuvent opter pour le référencement sponsorisé, mais se concentrant uniquement sur les mots clés de la queue de la longue traine. Ces mots clés de moindre trafic sont moins coûteux et moins concurrentiels. Les chaînes hôtelières peuvent opter pour un référencement dans les résultats sponsorisés d’une large série de petits mots clés tels que « réserver hotel » (110 recherches exactes mensuelles), en se concentrant, entre autres, sur la géolocalisation des recherches. (villes, pays, etc.). Cela peut leur permettre de drainer aisément un trafic majeur, à coût moindre.

En somme référencement naturel, et référencement30 Adwords sur la queue de la longue traine constituent deux voies complémentaires pour drainer un trafic important et qualifié.

RETOUR SUR L’AUDIT RÉALISÉ

Voici quelques informations relatives à l’audit :

Ce dernier a été réalisé sur 200 mots clés (non exhaustifs)

Il exclut pour plus d’uniformité les recherches géolocalisées liées à des destinations étrangères (hotel londres par exemple)

Il exclut la notion de marque, afin de mettre en avant la problématique de la conquête de clients dans le cadre de la recherche de nouveaux prospects

Base de20 CTR pour les résultats naturels pessimiste: position 1 sur Google : 51%, position 2-3 : 13%, position 4-5 : 4%, position 6-10 : 3%

Sélection des mots clés effectuées sur la base des recherches exactes sur Google (générateur de mots clés Google)

Pour plus d’informations, il est possible de consulter :


Kupferman Pierre, Le cri d’alarme des hôteliers contre les sites de réservations, Challenges, 27 sept 2012  

Communiqué de presse du 27 septembre de l’UMIH

Les chaînes hôtelières membres de l’UMIH

Les résultats de l’étude effectuée sur quelques 5 millions de mots clés sur Google, sur notre page d’accueil à droite.

Le site de l’UMIH, Union des Métiers et des Industries de l’Hôtelerie: http://www.umih.fr/

Vous pouvez également télécharger l'audit complet ci-dessous (PDF)

Aurore BARTHE

 
Voir le fichier PDF
Valid XHTML 1.0 Transitional